Viticulture

Viticulture conventionnelle

Issue de l’après-guerre, la production est essentiellement quantitative. Elle reste aujourd’hui la plus répandue, privilégiant les rendements, le sol est considéré comme un simple support pour le végétal, les vignes et les sols sont traités chimiquement. Nous l’excluons totalement de notre gamme.

Viticulture raisonnée

Au début des années 90, la notion de respect de l’environnement fait son apparition. Démarche volontaire laissée au libre arbitre des producteurs, sans contrôles ni obligations, mais avec une charte morale raisonnée: les vignes ne sont traitées chimiquement qu’en dernier recours et avec des produits ayant le moins d’impact possible sur l’environnement; le sol est désherbé chimiquement ou mécaniquement mais est fréquemment ré enherbé entre les rangs. C’est une démarche volontariste de progrès, même si elle ne donne pas, à elle seule, des garanties absolues de l’amélioration du milieu.

Viticulture biologique

Le postulat repose sur un rejet de tous produits phytosanitaires (pesticides, fongicides, fertilisants). Leur certification est soumise à des contrôles réguliers. 3 ans sont requis afin de convertir un domaine en agrobiologie, la 4ème vendange sera la première récolte certifiée bio après l’arrêt de l’utilisation d’intrants chimiques. Elle nécessite davantage de main d’oeuvre et les vignes sont traitées avec des produits d’origine naturelle.

Viticulture biodynamique

La plupart des domaines avec lesquels nous collaborons en font usage : lignes directrices. Recherche de l’équilibre des cultures avec leurs environnements immédiats et lointains. Interdépendance de tous les éléments. Donner vie au sol en le travaillant avec des moyens peu invasifs et en le fertilisant naturellement. Les interventions viticoles sont effectués selon un calendrier regroupant les jours favorables en fonction de la position des astres et des planètes.